Conférence

Date

vendredi 01 Mar 2024

Heure

18h00
  • Tarifs: Entrée libre

C’est en entrée libre, c’est convivial, festif ou réflexif et c’est à Théâtre + Cinéma !

 

En complément de la programmation de spectacles dans la salle Théâtre et la salle Cinéma, la Scène nationale Grand Narbonne entend être un lieu de vie, notamment autour de son restaurant.
Les Comptoirs, où l’on peut venir pour un concert ambiance club, une soirée DJ, des conférences, des dégustations de vins….
Tous ces rendez-vous sont en entrée libre, dans la limite des places disponibles.

vendredi 1er mars 18h entrée libre

À la ‘cantchine’ de Villers-Cotterêts :
face à la diversité, l’unilinguisme français fait de la résistance

 

Le 30 octobre 2023, Emmanuel Macron inaugurait à Villers-Cotterêts la « Cité internationale de la langue française ». Un acte éminemment symbolique, rappelant l’Ordonnance promulguée dans ce même lieu par François 1er, le 25 août 1539, qui stipulait « nous voulons d’oresnavant que tous arrests, ensemble toutes autres procédures […] soient prononcés, enregistrés et délivrés aux parties en langage maternel françois et non autrement ». L’article 2 de la Constitution française de 1958 (révisé le 25 juin 1992) lui fait écho en proclamant « La langue de la République est le français ». Ces faits nous renvoient à ce que Henri Boyer (2000) a dénommé « l’unilinguisme français », dont il souligne qu’il n’admet « ni concurrence, ni déviance ».

Et pourtant, d’une part, le Rapport Cerquiglini du 1er avril 1999 ne dénombrait pas moins de 75 « langues de France », qui sont la plupart du temps mal en point, victimes de « glottophagie » (Calvet 1974), malgré l’article 75-1 de la Constitution qui, bien tardivement (révision du 23 juillet 2008), stipule que « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Et, d’autre part, la diversité de la langue française elle-même n’en finit plus de se manifester. À preuve, l’interview de la linguiste Maria Candea par Marie-Ève Lacasse (Libération, 11/01/2024), intitulée « “Amandjine mange à la cantchineˮ : l’affrication, nouveau tchic de langage des adolescents », et les débats qu’elle n’a pas manqué de susciter.

L’accent, sous les feux des projecteurs, est à la fois objet pittoresque et vecteur de « glottophobie » (Blanchet 2016). On s’attachera à montrer, en l’illustrant de références théoriques et de multiples exemples, que l’accent n’est que la face visible de l’iceberg d’un multilinguisme nié, étouffé, mais qui n’en finit pas pour autant de muter et de réapparaître, au grand dam de politiques linguistiques discrètes mais impitoyables émanant d’un État français omnipotent et étonnamment persévérant. 

Christian LAGARDE est professeur émérite de linguistique hispanique de l’Université de Perpignan – Via Domitia. Ses recherches portent sur les thèmes de sociolinguistique en domaine hispanique, catalan et occitan : bi/plurilinguisme, “langues de France”, politiques linguistiques, identités, écritures bilingues et autotraduction. Il a publié quelque 150 articles et chapitres, 5 ouvrages, 26 comme éditeur ou coéditeur. Il est président d’honneur de la Société des Hispanistes Français (SHF, aujourd’hui SoFHIA) et de l’Association Française des Catalanistes (AFC).