Théâtre + Cinéma

HAUT ET FORT

1h42, Maroc, 2021, VO sous-titrée
De Nabil Ayouch
Avec Ismail Adouab, Anas Basbousi, Meriem Nekkach…

Prix du Cinéma Positif – Cannes 2021

Anas, ancien rappeur, est engagé dans un centre culturel d’un quartier populaire de Casablanca. Encouragés par leur nouveau professeur, les jeunes vont tenter de se libérer du poids de certaines traditions pour vivre leur passion et s’exprimer à travers la culture hip hop….

 

Nabil Ayouch réalise un conte qui est à la fois une histoire d’amour avec le hip hop et un regard sur la manière dont la jeunesse remet en cause l’orthodoxie ambiante à l’ère du net.

Haut et fort est peut-être même plus critique encore que Much Loved vis-à-vis de la société marocaine, mais il utilise le pouvoir des mots et de la musique dans le domaine du hip-hop pour discuter des problèmes auxquels sont confrontés les jeunes à Casablanca. C’est un film qui dresse un “état de la nation” à travers la musique. Cineuropa

Nabil Ayouch s’appuie sur la dramaturgie et sur ces dispositifs dans son intrigue pour soutenir ce qui est en fait l’élan central du film, à savoir une discussion sur l’Islam et le fait de grandir dans une société à cheval sur deux mondes : le passé et le présent. Est-ce que la tradition peut survivre à la mondialisation et à l’internet ? Quel rôle a la culture pour amener des changements ? Le rapport entre l’enseignant et les élèves est excellent, comme la musique, composée par Anas. La photographie d’Amine Messadi et Virginie Surdej est également remarquable et donne l’impression que cette zone de Casablanca se situe dans la banlieue de Paris, renforçant ainsi l’idée que le monde est de plus en plus petit à l’ère du numérique, et aussi de plus en plus homogène, pour le meilleur et pour le pire. La fin, superbe, évite beaucoup des clichés qui frappent généralement les films de ce genre, et laisse entendre que des changements sont en marche. Cineuropa

mercredi 24 à 21h
vendredi 26 à 21h
samedi 27 à 17h30
dimanche 28 à 15h