Théâtre + Cinéma

In the mood for love

1h38, Hong-Kong, Chine, 2000, VO sous-titrée / FESTIVAL PLAY IT AGAIN !
De Wong Kar-Wai avec Maggie Cheung, Tony Leung Chiu-Wai…
1962, Hong Kong. Chow Mo-Wan emménagent dans un nouvel appartement, il voit très peu son épouse, fréquemment prise par des occupations de dernière minute. Le même jour, Su Li-Zhen, et son mari, exportateur, voyageant régulièrement pour affaires, emménagent dans l’appartement d’à côté…

“Ce tournage a été l’une des expériences les plus éprouvantes de ma carrière. Nous l’avons commencé en 1998, en pleine crise économique asiatique. Cela nous a conduit à des expériences inédites qui nous ont fait affronter la censure, voire le départ d’une partie de mon équipe, et faire face à la difficulté de raconter une histoire basée sur seulement deux personnages. Ce tournage nous a épuisé, physiquement et financièrement. J’ai été très heureux de retrouver Maggie Cheung et Tony Leung pour
In the Mood for Love. Ce film était censé être un adieu au Hong Kong du XXe siècle, avant que ce chapitre de l’histoire de la ville ne soit refermé.” Wong Kar-Wai

20 ans après sa sortie, le film culte de Wong Kar-wai en version restaurée / 4K

 

En 2017, L’Immagine Ritrovata a débuté la restauration en 4K (étalonnage numérique avec une résolution quatre fois supérieure, plus nette et plus réaliste – sans être gêné par la pixellisation) du film à partir du négatif original, à Bologne et à Hong Kong, en collaboration, avec Criterion, sous la supervision de Wong Kar Wai. Cette restauration s’est achevée en 2020. L’occasion pour les moins de 20 ans de découvrir un film mythique, l’occasion pour les amoureux de Wong Kar Wai de redécouvrir une version restaurée de son chef d’œuvre.

 

Combien de films comme celui-ci voit-on dans une vie? Quatre, cinq, davantage, moins peut-être? Peu importe, «In the Mood for Love» est unique. Unique comme tous les films parfaits. Le Nouvel Observateur

 

Chemin faisant, Wong Kar-wai, au sommet de sa virtuosité plastique et au cœur de ses obsessions mélancoliques, rappelle de loin en loin que dans sublimation, il y a sublime. Télérama

 

En 2017, Wong Kar-Wai reçoit, à Lyon, le Prix Lumière – l’équivalent du Nobel du 7ème art !

Entretien avec le réalisateur